Voyage en Poésie (5e2 et 5e5)

1 | (actualisé le ) par Alexandra Offredo

Et si nous prolongions un peu les vacances ? Les élèves de 5e2 et 5e5 vous invitent à découvrir un pays imaginaire : la Poésie, Terre peuplée d’étranges ani-mots.

Bravo à tous pour ces magnifiques travaux !

savez -vous ce qu’il y a dans le cercueil d’un poète ? Saint-Pol Roux nous l’apprend : « Il est plein d’une harmonie faites de choses variées : cigales, parfums, guirlandes, abeilles, nids, raisins, cœurs, épis, fruits, épines, griffes, serres, bêlements, chimères, sphinx, dés, miroirs, coupes, bagues… »
Qu’y a-t-il dans les poches d’un facteur distrait ? Dans le sac à dos d’un enfant fugueur ? Dans un bateau partant pour l’Afrique ?
Voilà ce que les élèves ont imaginé :

Dans un bateau partant pour l’Afrique, il y a des clandestins, de la réglisse, des toupies en bois, du vent, de la mer, des plumes de pigeon…(Clémence P.)
Il y a des perles de pluie, une cocotte-minute, un perroquet, un piano, un sapin de Noël, un ballon de football, une trottinette…(Zina C.)
Il y a des voyageurs et des aventures, des rêves et des couchers de soleil, des vagues, du mal au cœur, des bagages remplis, des appareils photo et de la crème solaire…(Jules C.)
M. et sa famille, un canot pneumatique, une canne à pêche, des rires d’enfants, un boubou, des chansons, un djembé, un tam-tam, un baobab, des éléphants, une senteur poivrée…(Lauriane T.)

Dans les poches d’un facteur distrait, il y a un mouchoir vieux de trois ans, une brosse à dents, des idées qui s’envolent, un thermomètre, un trombone transformé en fleurs…(Anne L.)
Il y a plein de rêves et d’ambition, une lettre d’amour écrite en secret, des mouchoirs, un bonbon tout collant, quelques lettres oubliées, mais aussi une bague pour son amoureuse, des papiers par-ci par-là…(Sacha B.)
Il y a des souhaits non exprimés d’attentes incertaines, des parfums de regrets futiles et tardifs venant de loin, aussi des déclarations d’amour enflammées, des cartes postales exhalant une odeur d’exotisme.
Il y a plein de mots, une roue à vélo, des bonnes nouvelles, de la joie, des moustaches, des lettres d’amour, une clé à molette… (Jules C.)
Il y a des poèmes d’amour, des cartes postales, plein de soleil, des paquets de bonbons…(Théo B.)
Il y a des baisers disparus, des sourires volés, des pièces d’or, des diamants, des pies muettes, des papillons… (Doryan T.)
Il y a un coquillage, une mouche, un vieux mouchoir en papier, un rayon de lune, un lacet, une tongue, une montre dorée, un grain de sable, le soleil des vacances, son boîtier à lunettes..(Lauriane T.)

Dans le sac à dos d’un enfant fugueur, il y a plein de haine et de regrets,quelques carré de chocolat, du pain, un pull, sa trousse de toilette, un bon livre, sa lampe de poche, plein de poèmes… (Sacha B.)
Il y a de la frustration, de la colère, de l’amertume amassée du passé, de la joie, de l’espoir rempli de futurs de liesse quant aux promesses du jour, d’espoirs de découvertes de pays lointains, de coffres-forts trop lourds, de lingots d’or, d’amitiés inattendues et sûres…
Il y a des bonbons, un lance-pierres, des devoirs oubliés, une boussole, du rêve, du mal aux pieds, des amis oubliés, une lampe torche, des gros mots…(Jules C.)
Il n’y a rien de bien méchant, il se dépêche juste d’aller chez un copain, dans son sac, il y a une manette de console, un sac de couchage et son petit doudou.. (Nicolas L.)
Il y a des petits mots doux, sa peluche doudou avec un bras cassé, quelques pantalons troués et un pull tricoté par sa grand-mère, un vieil opinel, des petits LU ramollis…(Théo B.)
On trouve des rêves, une carte au trésor, des yeux de rechange, de la potion magique, un canif à solutions, une boussole à désirs… (Doryan T.)

Voici un poème dans une langue rare le romanche. Les élèves l’ont traduit comme ils le désiraient.

I dà nots
Chi’s plajan intuorn las spadlas
Sco saida,
I dà nots
Chi spettan coura sco ladras,
Nots
Sco tailas d’arogn
Tanter fögliom et früts cotschens
E nots
Chi’ns piglian adascus
E’ns tansmüdan (Rut Plouda)

Il nous donne
Des plages dans nos cœurs
Il est bon,
Il nous donne des spectacles qui courent la lande
A nous
Il a la taille d’un dragon
Il nous donne des fruits aux cuisines vides,
Et nous
Il ne punit pas les audacieux
Et nous transmet son savoir
Adaptation libre de Clémence P.

Voici la Nuit
Qui rend aveugle les passants comme des taupes
Qui cache les couleurs comme des voleurs
Nuit
Comme les taies d’oreillers recouvrent les feuilles et les fruits des jardins
La Nuit
Qui tout absolument engloutit et tout transforme
Dans chacune des rues
Adapté librement par Nicolas S.

Hier, je suis parti
Vers des horizons inconnus
Des Steppes
Je suis parti
Là où il fait gris
Rien
Des paysages nus, tout nus,
Pas une âme à l’horizon
Juste le vent pour seul compagnon
Et rien
Des dunes d’herbe rase
Un désert aride avec une oasis
Que je ne pourrai atteindre
Adapté librement par Théo B

Dans les notes de musique
Qui valsent autour des pages
Dans la soie
Dans les notes
Qui courent sur la papier
Comme une plume légère
En tant que poète
Entre la poésie et la musique
Chaque note est importante
Dans la vie.
Alex P.

La Poésie est une terre étrange peuplée d’animaux hybrides :

Un pic vert à roulettes avec des patins à long bec. (Nathan H.)
Un train à brosser et un cheval à prendre (Emilie R.)
Un ver bolognais dans des spaghettis de terre (Clémence P.)
Une pieuvre en bois avec un bureau à tentacules.(Anne L.)
Un macaque à laver et une machine à fesses roses (Sacha B.)
Un pigeon roulant et un fauteuil voyageur (Sacha B.)
Un tigre à déchets et une benne des neiges (Aurore E.)
Un raton fort dans un château laveur (Lucile J.)
Un coucou à coudre avec une machine à huppe.(Doryan T.)
Un chat poivre avec un moulin à moustache (Allison D.)

A la manière de Charles Dantzig , les élèves devaient établir la liste des couleurs des villes :
« Brooklyn, biscotte.
Le Caire, terre et ciment.
Istanbul, gris plomb et vert tilleul.
Paris, gris pigeon »

Londres gris brouillard (Thomas V.)
Londres rouge téléphone et noir taxi (Nathan H.)
Paris gris fumée (Anne L.)
Kaboul gris arme.(Lucas B.)
Rio jaune perroquet (Lucas B.)
Sydney blanc pélican (Lucas B.)
Aix-en-Provence violet Lavande (Lucile J)
New York Gris cendre (Clara Z.)
Washington Chew-Gum (Loic R.)
Shanghai, rouge dragon (Allison D.)
Hawaï, rouge crépuscule.(Alex P.)

idem pour les bruits des villes.

Pékin crisse du bruit des roues de pousse-pousse, Alger bruisse du souffle du vent, Moscou craque des pas sur la Neige. (Nathan H.)
Monaco et le bruit des ferraris qui ronronnent à tort et à travers.(Lucas B.)
Madrid a le bruit des spectateurs qui acclament le torero.(Clara G.)
Vienne la valse, Roissy en France, le décollage des avions. (Zina C.)
New York où retentissent les sirènes stridentes de police.(Théo B.)
Tombouctou se fait l’écho des appels à la prière et du cri des chameaux (Nicolas S.)
Londres résonne du carillon du Big Ben et des klaxons des voitures (Nicolas S.)
Madrid et les olés de la corrida ainsi que les mugissements des taureaux.(Nicolas S.)
Brest abasourdi par le claquement des vagues contre les coques des navires. (Lucas F.)
Orgerus réveillé par le cocorico du coq. (Lucas F.)
Las vegas, alcool, roulette, klaxons, sifflets (El Ghazali A.)
Le Caire les cris incessant des enfants.(Vincent T.)
Madrid les cris des supporters en folie.(Vincent T.)
Pompéi vibre encore des grondements des éruptions volcaniques des temps passés. (Alex P.)

idem pour les odeurs des villes.

Barcelone sent la paella, Naples la pizza et Marrakech les épices. (Thomas V.)
Florence sent les ruines, Orgerus les champs. (Gabrielle V.)
Berlin a l’odeur du mur. (Nathan H.)
Londres sent le pudding carbonisé. (Clémence p.)
Bruxelles sent les frites, Yunnan le thé, Bordeaux le raisin.(Zina C.)
Le Havre sent les hydrocarbures.(Lucile J.)
Sydney l’eucalyptus et le poisson fumé (Jules C.)
Paris sent les égouts. (Mathilde B.)
Paris sent la cigarette et les pots d’échappement. (Nicolas L.)
Toulouse sent les rugbymen en sueur. (Nicolas L.)
Turin sent l’olive pressée. (Clara Z.)
Las Vegas et son odeur de billets.(Théo B.)
Trouville a une odeur de poisson et de crème solaire. (Nicolas S.)
Mexico sent le chien abandonné. (Vincent T.)
Etretat Jacasse des mouettes filant vers la mer (Chloé J.)
Marseille, boullabaise (Allison D.)
New York fastfood et restaurant chinois (El Ghazali A.)
Haïti embaume des fleurs de tiaré.(Alex P.)

ET pour finir, les élèves ont écrit un poème sur la destination de leur choix.

Je voudrais aller en Europe, en France
Pour aller visiter cette tour en nickel,
Construite par un cher monsieur du nom d’Eiffel.
_ Là-bas, je pourrais avoir beaucoup plus de chance.
[…]

La France est diverse, germanique en Alsace,
Celtique en Bretagne et anglais en Normandie.
_Toulouse est un peu l’Espagne et Nice l’Italie.
La France est la carte maîtresse du paquet : l’As.

Nicolas S.

Je voudrais aller là où je pourrais danser
Dans ce beau pays plein de couleurs et de vie
Où la nuit toutes les lumières donnent envie
A l’autre bout du monde il fait rêver

Volez couleurs, chantez rumeurs, ouvrez vos yeux,
Résonnez tambourins, Pandeiros, Marimbas,
Claquez maracas, tortillez, c’est la Samba !
Riez, criez, chantez, la joie règne en ce lieu.

Puis sur la plage, les pieds nus, j’irais marcher
La tête dans les nuages, mon cœur sourit.
C’est un pays doré, on s’y fait des amis !
C’est là ! C’est au Brésil que je voudrais aller .

Lauriane T.

Je voudrais aller aux usa visiter
New York pour pouvoir monter dans les gratte-ciel
Et visiter la statue de la liberté
Prendre le métro et aller à Broadway

Je voudrais bronzer sur les plages de Miami
Aller sur la route 66 en Harley Davidson
M’arrêter à Dallas creuser un puits de pétrole
Aller à la zone 51 voire un alien

Aller à las Vegas jouer au casino
Aller à Hollywood voir les stars de cinéma

Loïc R.

Je voudrais aller courir dans les blés dorés
Sentir la nature la nature s’éveiller en moi
Pour mieux l’appréhender se prendre pour un roi
Le soleil brillant comme la lune sacrée

Le doux printemps rappelle la fièvre de la vie
J’entends la corneille, la buse et l’aigle royal
Tout est très beau dans cet univers magistral
Moelleux cauchemar, je me lève dans la nuit.

Pouvoir se balader dans les champs pleins d’audace
Se remplir d’une envie futile et abrégée
Ecrire des poèmes remplis d’amour aisé

Louis S.

J’aimerais partir en Grèce

Apollon rayonne en jouant du violon
Si bien que les marguerites
Tombèrent dans les vaguelettes de Poséidon
Se battant avec son frère cadet
Lucas F.

La Poésie dans Paris

Je voulais aller à Paris et découvrir
Les monuments, La tour Eiffel, L’arc de triomphe
Et les champs –élysées mais j’ai découvert le
Paris gris souris et sans aucune poésie

Je suis repartie vers Paris pour ne plus voir
Paris comme l’oubli et retrouver la
Poésie de cette ville ressemblant à
Un flot d’eau aussi fluide que la la Loire

La poésie est si pure et si claire qu’elle
Ressemble à La seine, elle est aussi magique
Que la tour Eiffel lorsqu’elle brille de mille
Feux.C ette poésie est si jolie…très belle.
Mathilde M.

Je voudrais aller à Moncorvo ou Lisbonne,
Connaître cette chaleur insupportable
Ces bons soirs de fraîcheur, toujours incontestables,
Et oui, là-bas, tout là-bas, les collines chantonnent

Au Portugal, il ne fait pas toujours très chaud
De temps en temps, je sens la sueur des nuages,
Sur mes petites fossettes qui creusent mes joues
Je lève les yeux, une perle rouge s’élève.

Les grands oiseaux métalliques décollent sans cesse
Et je me perds dans ce grand océan azur
Quand tout à coup, le ciel prend une drôle de tournure,
Sous l’effet de mon grand chagrin, de ma tristesse.

Sarah L.

Mots-clés