La chandeleur : origines et coutumes

(actualisé le ) par Fabienne Bataille

La chandeleur est la fête de la lumière.


Les Lupercales étaient des fêtes données en l’honneur de Lupercus, dieu romain de la fécondité. Elles étaient célébrées au moment où l’allongement de la durée des jours commençait à se voir et donc du retour de la lumière. En 472, le pape Gélase Ier décide de christianiser cette fête et d’en faire la fête de la présentation de Jésus au Temple.

C’est une fête chrétienne qui était l’une des plus importantes de l’Occident médiéval. Les fidèles, tenant des chandelles allumées (d’où le nom donné de Chandeleur), participaient à de grandes processions. Le cierge de la Chandeleur devait être rapporté de l’église jusqu’à chez soi en restant allumé afin de conserver ses pouvoirs particuliers (protéger les récoltes, prévenir certains maléfices...) C’est pourquoi on gardait précieusement ces cierges jusqu’à l’année suivante. Le cierge béni conservé chez soi était censé protéger de la foudre lorsqu’il était allumé par temps d’orage. On l’allumait aussi au chevet d’un mourant pour l’aider à mourir en paix. On faisait couler quelques gouttes de la cire de ce cierge béni sur les oeufs mis à couver pour en assurer la bonne éclosion..... La Chandeleur commémorait
- la présentation de Jésus au Temple (40 jours après sa naissance soit le 2 février)
- les relevailles de Marie.

La présentation de Jésus au Temple
Dans la loi de Moïse, tout enfant premier-né, s’il était un garçon, devait être présenté au Temple 40 jours après sa naissance, et sa mère devait se purifier en même temps. Pour respecter la loi, Joseph et Marie sont donc montés au temple de Jérusalem pour aller présenter Jésus au Seigneur. Ce geste signifiait qu’ils reconnaissaient que Jésus était un don du Seigneur pour eux. Comme Joseph n’était pas très riche, il a offert en remerciement des oiseaux. Ce jour-là, le vieux Siméon reconnut en l’enfant la Lumière du monde.

Les relevailles de Marie
Selon l’Ancien testament, les jeunes accouchées devaient s’abstenir de tout contact avec le sacré - pendant 40 jours après la naissance d’un garçon - pendant 80 jours après la naissance d’une fille. Selon les croyances populaires, tant que l’accouchée n’avait pas été “relevée” ou purifiée, elle était porteuse d’une souillure contagieuse donc elle n’avait pas le droit de tirer du vin, de traire les vaches, de toucher à la lessive...
Au Moyen-Age, à l’occasion de la cérémonie des relevailles ou purification qui se déroulaient environ un mois après l’accouchement, la jeune accouchée arrivait à l’église avec un cierge. Le prêtre l’accueillait sur le seuil de l’église, récitait des psaumes et aspergeait la femme d’eau bénite puis il lui tendait la main et l’invitait à entrer dans l’église.
On retrouve là un exemple supplémentaire de la misogynie de l’Eglise médiévale. Même si elle donne à la femme le modèle de Marie, elle la considère comme une Eve (elle a accompli le péché de la chair pour enfanter) donc il faut la purifier !

Et les crêpes dans tout çà ?
Si les processions aux chandelles ont pratiquement disparu, la coutume de manger et de faire sauter des crêpes ce jour-là demeure.
Plusieurs explications coexistent.
La tradition des crêpes serait la survivance d’un mythe ancien lié à la roue solaire. Par sa forme et sa couleur, la crêpe ressemble au soleil réchauffant la terre. La crêpe symboliserait donc le soleil et le retour de la lumière.
Les crêpes seraient les descendantes des " oublies ", galettes offertes par le pape Gélase Ier aux pèlerins venus à Rome au Ve siècle.
Plus tard, la superstition s’en mêle. Faire sauter les crêpes, d’une main, en tenant un objet prisonnier dans cette même main, etc ... sont considérés comme des bons présages...